Connexion - Inscription

D Artagnan parcours historique

D’ARTAGNAN PARCOURS HISTORIQUE

NB. Ce parcours, qui donne un résumé chronologique de la vie de d’Artagnan dans son contexte historique, mentionne les principaux lieux où sa présence est attestée, ainsi que ceux où, sans être nommément cité, il se trouvait vraisemblablement compte-tenu de ses fonctions, notamment lors des campagnes militaires, des voyages du roi et des déplacements entre les différentes résidences royales.

Capitaine lieutenant de la première compagnie des mousquetaires à cheval de la garde du roi, depuis le mois de janvier 1667, il avait pour mission principale avec ses hommes, en temps de paix, d’escorter le roi quand il sortait.

Pour chacun des lieux mentionnés ci-après, il existe des anecdotes authentiques relatives à d’Artagnan, qui pourront, bien entendu, avoir leur place dans les différents topoguides.

 

 

1608

27 février : Au château d’Artagnan, en Bigorre, signature du contrat de mariage de Bertrand II de Batz de Castelmore et de Françoise de Montesquiou d’Artagnan, parents du futur mousquetaire.

1610

14 mai : Assassinat d’Henri IV. Le Dauphin devient roi sous le nom de Louis XIII.

Vers 1611 – 1615

A Lupiac, en Gascogne : Naissance de Charles de Batz de Castelmore, futur d’Artagnan. Il passe son enfance et une partie de sa jeunesse au château de Castelmore, avec ses trois frères, Paul, Jean, Arnaud, et ses trois sœurs, Claude, Henrie et Jeanne.

1622

Création par Louis XIII de la Compagnie des Mousquetaires du Roi. Le premier capitaine de la compagnie est Jean de Bérard, marquis de Montalet.

Vers 1630 – 1632

Départ pour Paris de Charles de Batz de Castelmore, peut-être en compagnie de son frère aîné, Paul. A son arrivée, le roi Louis XIII lui aurait demandé de prendre le nom de d’Artagnan, celui de sa famille maternelle, en souvenir de Jean II de Montesquiou d’Artagnan, l’un de ses oncles, tué au siège de La Rochelle, quelques années auparavant.

1633

Présence de Charles d’Artagnan dans la compagnie des mousquetaires, comme le mentionne le rôle de la revue du 10 mars, dans la plaine d’Ecouen. Le capitaine de la compagnie des mousquetaires est alors Jean de Vieilchastel, sieur de Montalan.

1634

Le roi se déclare capitaine de la compagnie de ses mousquetaires et nomme M. de Troisvilles (ou Tréville), capitaine lieutenant.

1638

Dimanche 5 septembre : Naissance du Dauphin, futur Louis XIV, au château neuf de Saint-Germain-en-Laye

1642

4 décembre : Mort du cardinal de Richelieu. Le cardinal Mazarin lui succède comme premier ministre.

1643

14 mai : Mort du roi Louis XIII au château neuf de Saint-Germain-en-Laye. Le Dauphin devient roi sous le nom de Louis XIV ; début de la régence de sa mère, la reine Anne d’Autriche.

19 mai : Victoire de Rocroi, remportée par le duc d’Enghien sur les Espagnols.

17 novembre : Jean de Gassion, oncle par alliance de d’Artagnan, prête le serment de maréchal de France.

1646

Suppression de la Compagnie des Mousquetaires du Roi, officiellement pour raisons économiques, en réalité pour éloigner de la cour le capitaine-lieutenant, Troisvilles (ou Tréville), dont Mazarin se méfie.

D’Artagnan entre au service de Mazarin.

28 juin : D’Artagnan arrive de l’armée des Flandres pour prévenir la cour de la prise imminente de Courtrai par les troupes de Gaston d’Orléan

1648

15 – 16 janvier : A Paris, début de la Fronde parlementaire.

Jusqu’en 1653, d’Artagnan, « gentilhomme de son Eminence » va accomplir de nombreuses missions pour Mazarin, faisant la navette entre les lieux d’exil du cardinal et les résidences itinérantes du roi et de la régente.

9 juin : D’Artagnan est envoyé à Péronne, afin de prévenir le marquis d’Hocquincourt, gouverneur de la ville, d’un risque imminent d’attaque contre les villes frontières.

1649

6 janvier : De nuit, la régente quitte secrètement Paris avec ses fils, le roi et son frère, pour se réfugier au château de Saint-Germain-en-Laye.

8 janvier : Mazarin est déclaré ennemi du roi et de l’Etat par le parlement de Paris.

4-11mars : Négociations et paix de Rueil.

16 mars-1er avril : Négociations et paix de Saint-Germain, qui met fin à la Fronde parlementaire.

1650

Par lettre datée du 6 septembre, Mazarin annonce à Hugues de Lionne, secrétaire des commandements de la reine régente, l’arrivée de d’Artagnan à la cour, qui se trouve alors à Bourg, du côté de Libourne.

En décembre, Mazarin, qui est à Rethel, envoie d’Artagnan féliciter le maréchal du Plessis de sa victoire sur les troupes de Turenne, passé au service des Espagnols.

1651

3 avril : Mazarin en exil envoie d’Artagnan d’Aix la Chapelle à Bonn, auprès de Maximilien de Bavière, archevêque électeur de Cologne, afin de lui demander « quelque chasteau pour sa retraite » ; ce sera le château de Brühl, près de Cologne.

1652

29 mars : D’Artagnan apporte une lettre de Louis XIV au comte de Bussy Rabutin, cousin de Madame de Sévigné et gouverneur du Nivernais, à la Charité sur Loire.

Avril : D’Artagnan obtient une lieutenance au régiment des gardes françaises, dans la compagnie Vitermont.

Mazarin en exil au château de Bouillon, dans les Ardennes, rappelle d’Artagnan auprès de lui pour lui confier quelques missions.

A l’automne, il envoie d’Artagnan auprès de l’intendant M. de Champfort, pour lui demander de construire un pont sur l’Aisne, à Pont-à-Verre, tous les ponts ayant été emportés par les crues.

1653

Hiver et printemps : Le roi séjourne à Paris, d’où il se rend plusieurs fois à Versailles et à Fontainebleau.

Février : Retour triomphal de Mazarin à Paris, puis à Saint-Germain–en-Laye, après la fin de la Fronde.

1654

Avril : D’Artagnan est nommé capitaine de la volière du Jardin des Tuileries, à Paris. Il le restera jusqu’en 1656.

7 juin : Sacre du roi Louis XIV à Reims. Le régiment des gardes françaises, dont d’Artagnan fait partie, est présent.

9 juin – 6 août : Siège de Stenay, où d’Artagnan est blessé fin juillet.

1655

3 mai : Vauban est nommé ingénieur ordinaire du roi.

Juillet : D’Artagnan est nommé capitaine au régiment des gardes françaises, dans la compagnie de Fourille.

Il participe aux sièges de Landrecies et de Saint-Ghislain, qui est emporté le 25 août, jour de la saint Louis.

1656

Juin : D’Artagnan participe au siège de Valenciennes, où il perd son compagnon d’armes, Vitermont.

1657

Janvier : Rétablissement de la « Compagnie des Mousquetaires à cheval de la garde du Roi », dont le capitaine lieutenant est Philippe Julien Mancini, futur duc de Nevers, neveu de Mazarin.

Ces mousquetaires constitueront la première compagnie, après la création de la seconde compagnie ; ils porteront aussi le nom de « Grands Mousquetaires », compte-tenu de l’ancienneté de leur compagnie, ou celui de « Mousquetaires gris », en raison de la couleur de leurs chevaux. Cette première compagnie sera celle de d’Artagnan.

En 1657, les mousquetaires du roi participent au siège de Montmédy.

1658

3 mars : d’Artagnan est le parrain de la fille de Pierre de Lalaur, bourgeois de Paris, à l’église Saint Paul, dans le quartier du Marai

1er avril : le roi va faire faire l’exercice aux mousquetaires dans la plaine Saint-Denis.

26 mai : A Mardyck, d’Artagnan prête entre les mains du roi le serment de fidélité pour la charge de sous lieutenant de la compagnie des mousquetaires.

14 juin : il participe avec les mousquetaires à la bataille contre les Espagnols aux Dunes, près de Dunkerque.


23 juin : Entrée du roi dans Dunkerque, précédé par les mousquetaires.

Juillet : Maladie du roi, qui est transporté à Calais.

22 juillet : Le roi et la famille royale quittent Calais pour Boulogne, puis par Montreuil,

Abbeville, Amiens, Montdidier, le château de Mouchy, Compiègne, ils rentrent à Paris le 12 août.

Suite de l’été à Vincennes et à Fontainebleau, où le roi fait faire l’exercice aux mousquetaires dans le jardin de l’Etang, le 30 août.

26 octobre : Départ du roi et de la famille royale pour Lyon.

Le cortège fait étape à Corbeil, Moret sur Loing, Sens, Joigny, Auxerre, Noyers, Montbard, Saint-Seine, Dijon (où ils séjournent du 5 au 19 novembre) Beaune, Nuits, Chalon, Tournus, Mâcon, Villefranche-sur-Saône.

C’est peut-être lors de l’étape de Chalon sur Saône, où a eu lieu, en l’honneur du roi, une réception à laquelle participaient les notables de la ville et alentours, que d’Artagnan a fait la connaissance de celle qui allait devenir son épouse, Anne Charlotte de Chanlecy, dame de Sainte Croix en Bresse.

24 novembre : Arrivée à Lyon

1659

13 janvier : Départ de Lyon.

Etapes à Tarare, Moulins – où la reine Anne d’Autriche rend visite à la duchesse de Montmorency, veuve du duc Henry II de Montmorency (décapité à Toulouse en 1632, sur ordre de Louis XIII) et religieuse au couvent de la Visitation

Les étapes suivantes sont Saint-Pierre-le-Moûtier, La Charité sur Loire, Cosne sur Loire.

28 janvier : Retour à Paris, où le roi séjourne durant l’hiver 1659 – 1660.

Il va plusieurs fois à Vincennes, où il fait faire l’exercice aux mousquetaires.

5 mars 1659 : D’Artagnan signe son contrat de mariage avec Anne Charlotte de Chanlecy, au Palais du Louvre, en présence du roi, de Mazarin, du duc et de la duchesse de Gramont, de François de Monlezun sieur de Besmaux. Il est alors domicilié rue du Bac, à Paris.

3 avril : Célébration du mariage de d’Artagnan et d’Anne Charlotte de Chanlecy, dans l’église Saint André des Arcs (puis des Arts), à Paris.

25 avril : Le roi va faire faire l’exercice à ses mousquetaires à Vincennes.

Il passe le début de l’été à Fontainebleau, où il exerce ses gardes et ses mousquetaires à l’attaque d’un fort.

28 juillet : Le roi quitte Fontainebleau pour Saint Jean de Luz, où il va épouser l’infante d’Espagne, Marie-Thérèse.

D’Artagnan, à la tête de la compagnie des mousquetaires, est présent dans l’escorte qui accompagne le souverain et la famille royale durant tout le voyage.

Les premières étapes sont les suivantes :

Pithiviers, Jargeau, Cléry, Chambord, Blois, Amboise, Manthelan, Châtellerault, Poitiers, Coulombiers, Lusignan, Melle, Saint-Jean-d’Angély, Saintes, Jarnac, Blaye (où le roi fait faire l’exercice aux mousquetaires dans la citadelle) ; Bordeaux (le roi y séjourne du 19 août au 6 octobre ; les mousquetaires logent près du château Trompette et font leurs exercices au jardin de Puy-Paulin) ; Cadillac (où le duc d’Epernon reçoit fastueusement le roi et son cortège dans son château) ; Bazas, Casteljaloux, Nérac (le roi et la famille royale vont visiter le château où a séjourné leur ancêtre Henri IV) ; Lectoure (le duc de Roquelaure, gouverneur de la ville, accueille le roi et sa suite) ; Mauvezin (lors de ces étapes en Gascogne, le roi et ses proches font un pique-nique dans une prairie) ; L’Isle Jourdain, Toulouse (le cortège royal y arrive le 14 octobre ; le roi y reçoit le 9 novembre le traité des Pyrénées et le texte de son contrat de mariage).

28 décembre : Départ pour Villefranche-de-Lauragais, Castelnaudary, Carcassonne.

1660 

1er janvier : Le roi est à Carcassonne, et le lendemain à Pouzols.

Les étapes suivantes sont Béziers, Mèze, Montpellier, Lunel, Nîmes (d’où le roi va voir le pont du Gard), Beaucaire, Tarascon, Arles, Salon, Aix, Saint-Maximin et la Sainte-Baume, Solliès, Toulon, Hyères, Brignoles, Saint-Maximin, Aix, Marseille, Aix, Lambesc, Salon, Arles, Avignon (d’où le roi va à Orange), Nîmes, Montpellier, Pézenas, Narbonne, Sigean, Perpignan, Leucate, Sigean, Narbonne, Carcassonne, Castelnaudary, Villefranche de Lauragais, Toulouse, L’Isle-Jourdain (ils s’y arrêtent une nouvelle fois, le 23 avril) ; Auch (24 avril) ; Vic-Fezensac (le dimanche 25 avril, la présence de d’Artagnan, l’enfant du pays, à la tête des mousquetaires du roi y est particulièrement remarquée) Dému , Manciet, Nogaro (où le roi va à la chasse ) ; Mont-de-Marsan, Tartas, Dax, Bayonne.

8 mai : Arrivée à Saint-Jean-de-Luz.

A l’occasion du mariage du roi, Mazarin donne au souverain sa propre compagnie de gardes, ou mousquetaires, qui vont constituer la « seconde Compagnie des Mousquetaires à cheval de la Garde du Roi », dite aussi des « Petits Mousquetaires », car de création plus récente, ou des « Mousquetaires noirs », en raison de la couleur de leurs chevaux. M. de Marsac est leur premier capitaine.

De Saint-Jean-de-Luz, le roi se rend à l’Ile de la Conférence (située dans la Bidassoa) pour y rencontrer le roi d’Espagne et voir sa future épouse. Les deux compagnies de mousquetaires sont réunies sur les bords de la rivière, avec les autres corps de la Maison du roi.

Mercredi 9 juin : Cérémonie du mariage de Louis XIV et de l’infante Marie-Thérèse dans l’église de Saint-Jean-de-Luz.

15 juin : Le cortège royal quitte Saint-Jean-de-Luz pour Bayonne.

16 juin : Départ pour Dax.

Les étapes suivantes sont Tartas, Mont-de-Marsan, Roquefort, Bazas, Langon, Bordeaux, Bourg, Blaye, Etauliers, Brie, Saint-Fort, Brouage (lieu d’exil de Marie Mancini, où le roi se rend seul avec quelques proches, dont Philippe Mancini, frère de Marie, pendant que le cortège, avec les deux reines, continue sa route) ; 

Château d’Oléron, Saint-Jean-d’Angély, Melle, Lusignan, Poitiers, Richelieu, Saint-Maure, Amboise, Chambord, Orléans, Pithiviers, Fontainebleau, où la famille royale est de retour le 13 juillet.

16 juillet : Le roi fait faire l’exercice aux mousquetaires dans l’une des cours du château de Fontainebleau.

Le roi et la reine vont déjeuner au château de Vaux, chez le surintendant des finances, Nicolas Fouquet.

A partir du 20 juillet : Séjour du roi et de la reine au château de Vincennes.

26 août : Entrée solennelle dans Paris du roi et de son épouse. D’Artagnan défile à la tête des mousquetaires de la première compagnie, dont il est le sous lieutenant ; tous sont somptueusement parés.

Automne – hiver : Les fêtes, données par Mazarin en l’honneur du couple royal, se succèdent à Paris et à Vincennes.

Le roi, escorté par les mousquetaires, va plusieurs fois chasser dans les environs de Paris, notamment le 2 décembre dans la plaine Saint-Denis.

1661

Les fêtes continuent dans les résidences royales.

Mercredi 9 mars : Mort du cardinal Mazarin au château de Vincennes. Louis XIV déclare qu’il gouvernera désormais sans premier ministre. Il revient au palais du Louvre.

Printemps, été au château de Fontainebleau.

5 juillet : Naissance à Chalon sur Saône, du fils cadet de d’Artagnan et d’Anne Charlotte de Chanlecy. Le fils aîné du couple est né au cours de l’année 1660.

17-18 août : Fêtes au château de Vaux, données par le surintendant Nicolas Fouquet en l’honneur du roi et de son épouse. Au cours de la soirée, l’un des chevaux des mousquetaires, qui ont escorté le roi, prend peur lors du feu d’artifices et se tue en se ruant dans les fossés.

29 août : Départ pour Nantes, où Louis XIV va ouvrir les Etats de Bretagne.

3 septembre : Près du château des ducs de Bretagne, où il réside, le roi fait faire l’exercice aux mousquetaires.

Dimanche 4 septembre : Le roi reçoit d’Artagnan, malade, en tête à tête pour l’informer de la mission qu’il a décidé de lui confier.

Lundi 5 septembre : Sur ordre de Louis XIV, arrestation du surintendant Fouquet sur la place de la cathédrale, par d’Artagnan, qui conduit le prisonnier au château d’Angers, sous l’escorte d’une centaine de mousquetaires. Entre Nantes et Angers, ils couchent le 5 à Oudon, et le 6 à Ingrande.

1er décembre : Départ de d’Artagnan et de ses prisonniers (Fouquet, son valet et son médecin), d’Angers pour Amboise, avec étapes à Saumur, La Chapelle Blanche, Tours.

4 décembre : Arrivée au château d’Amboise, où d’Artagnan laisse ses prisonniers.

11-12 décembre : D’Artagnan arrive à Paris ; il conduit Paul Pellisson, ancien secrétaire de Fouquet et futur historiographe de Louis XIV, à la Bastille.

1662

Début janvier : D’Artagnan est rappelé par Louis XIV pour assurer la garde de Fouquet, qui vient d’être transféré au donjon de Vincennes (au premier étage) ; d’Artagnan va y demeurer un an et demi avec son prisonnier, le valet et le médecin de celui-ci.

A condition de laisser sur place des mousquetaires en qui il a toute confiance, d’Artagnan est autorisé par le roi à s’absenter du donjon.

23février : Chasse royale au Bois de Vincennes.

15 avril : Le roi passe en revue les mousquetaires, gardes françaises et suisses, chevau-légers, gendarmes et gardes du corps dans la plaine de Colombes ; la revue est suivie d’une « splendide collation », offerte aux reines, princesses et dames de la cour.

5 ; 20 ; 26 mai et 16 juin : Le roi retourne dans la plaine de Colombes pour faire la revue des mousquetaires, gardes du corps, gendarmes et chevau-légers.

5 – 6 juin : Carrousel des Tuileries, en l’honneur de la naissance du Dauphin.

8 septembre : A l’église Saint Roch, à Paris, d’Artagnan est le parrain de la fille de Louis de Laurens, capitaine au régiment de Piémont.

8 octobre : Le roi passe en revue les mousquetaires, gardes du corps, gendarmes, chevau- légers, et le régiment des gardes françaises, au Bois de Boulogne.

30 novembre – 2 décembre : Voyage du roi de Paris à Dunkerque, par Abbeville, Calais, Gravelines, le fort de Mardyck.

Retour à Paris le 6 décembre, par Boulogne sur Mer et Crèvecoeur.

1663

16 et 26 janvier : Le roi passe en revue les grands, puis les petits mousquetaires, dans la cour du Louvre.

14 mai : Revue des deux compagnies, dans la cour du Louvre.

13 juin : La revue a lieu dans la plaine de Colombes, où le roi a réuni les mousquetaires, les gardes du corps, les gendarmes et les chevau-légers, ainsi que le régiment des gardes françaises et suisses.

20 juin : Sur ordre du roi, d’Artagnan transfère ses prisonniers - Fouquet, son valet et son médecin - à la Bastille. Il va y résider avec eux, dans les mêmes conditions qu’à Vincennes, alors que le procès de l’ancien surintendant débute à l’Arsenal. D’Artagnan y accompagne chaque jour Fouquet. Il est autorisé par les juges à demeurer dans la salle lors des audiences. C’est au cours de l’un de ces trajets qu’il fait remarquer à Fouquet la présence de Madame de Sévigné, venue avec quelques dames de son entourage, pour le saluer de loin.

13 juillet : Le roi passe en revue les mousquetaires, gardes du corps, gendarmes, chevau-légers, et le régiment des gardes françaises et suisses dans la plaine de Colombes.

25 août : Le roi quitte Paris pour Châlons en Champagne.

27 août : Il va retrouver près de la ville, les mousquetaires, les gardes du corps, gendarmes, chevau-légers, ainsi que les chevau-légers du Dauphin et les gardes de Monsieur ; il part ensuite pour Sainte-Menehould.

28 – 31 août : Etapes à Verdun, Fresnes, Metz, Nomeny. Le roi va voir ses troupes dans une plaine le long de la Seille, entre Abaucourt et Aulnoy.

1er et 2 septembre : Le roi va voir défiler son armée dans une plaine située entre Aulnois, Craincourt et Fossieux ; le lendemain, il passe sa cavalerie en revue dans cette même plaine.

4 septembre : Départ de Metz pour Dormans.

A partir du 5 septembre : Séjour du roi au château de Vincennes.

12 octobre : Le roi passe en revue les mousquetaires, gardes du corps, gendarmes, chevau-légers et régiment des gardes françaises et suisses, dans le parc de Vincennes.

15 octobre : Départ du roi et de la famille royale pour Versailles, Saint-Germain-en-Laye et Paris.

1664

21 - 22 avril, 5 juin : D’Artagnan va en repérage au château de Moret-sur-Loing, afin d’y faire exécuter les travaux nécessaires à l’accueil des prisonniers, pendant le séjour du roi et de la cour à Fontainebleau, au cours de l’été.

7 – 14 mai : Fêtes des Plaisirs de l’Ile enchantée, dans les jardins de Versailles.

24 juin : Départ de Paris pour Moret, par Plessis ; durant ce séjour, d’Artagnan se rend plusieurs fois au château de Fontainebleau.

1er juillet : Le roi passe en revue les mousquetaires, gardes du corps, gendarmes, chevau-légers, ainsi que les gardes françaises et suisses, à Fontainebleau.

1er août : Le roi fait la revue générale de ses troupes dans la plaine de Sannois.

10 août : Départ de d’Artagnan avec ses prisonniers, pour Paris. A Charenton, il fait arrêter la voiture où il a pris place avec Fouquet, afin de permettre à celui-ci de revoir son épouse et ses enfants.

Octobre : D’Artagnan est à l’église Saint Sulpice, à Paris, pour le baptême de l’un de ses mousquetaires, Jules Arnolfini, dont la marraine est Julie d’Angennes, duchesse de Montausier, gouvernante des enfants de France.

20 décembre : Condamnation de Fouquet ; la peine de bannissement requise par les juges ayant été commuée en prison à perpétuité, d’Artagnan est chargé par le roi de l’accompagner, jusqu’à la citadelle prison de Pignerol, en Piémont, escorté par une centaine de mousquetaires.

Ils quittent Paris le 22 décembre, vont coucher le soir à Villeneuve-Saint – Georges, et repartent le lendemain pour Melun, puis s’arrêtent à Fontainebleau.

Arrivés à Dijon, le carrosse et son escorte se dirigent vers Lyon, puis vers Grenoble.

1665

11 janvier : Arrivée à Gap.

Les étapes suivantes sont Embrun, Briançon, le col de Montgenèvre, Sestrières, Pragelas, Fenestrelles, Perosa,

16 janvier : Arrivée à la forteresse de Pignerol, où d’Artagnan laisse le prisonnier sous la surveillance de Bénigne Dauvergne de Saint Mars, maréchal des logis de la première compagnie des mousquetaires. Les consuls de la ville de Pignerol reçoivent d’Artagnan comme un « ambassadeur du roi de France ».

25 janvier : Sur la route du retour, d’Artagnan s’arrête à Gap, à l’auberge du Petit Paris.

28 janvier : Alors que d’Artagnan est absent, le roi passe en revue les mousquetaires dans la cour du Louvre. Il donne la charge de capitaine-lieutenant de la seconde compagnie à Edouard François Colbert de Vandières, frère du ministre, Jean-Baptiste Colbert, qui souhaiterait voir les deux compagnies réunies sous l’autorité de son frère, mais Louis XIV refuse de se séparer de d’Artagnan.

9 mars : Le roi passe en revue les mousquetaires au Pré-aux-Clercs, à Paris.

24 – 26 mars : Le roi et la reine vont de Paris à Chartres, en action de grâces pour la guérison de la reine.

6-7 avril : Le roi fait la revue des mousquetaires et gardes du corps dans la plaine Saint-Denis.

13 juillet : Revue des mousquetaires, gardes du corps, gendarmes et chevau-légers dans la plaine de Colombes.

Octobre : Louis XIV envoie un corps expéditionnaire au secours de la République des Provinces-Unies, ravagée par les troupes de l’évêque de Munster, Bernard von Galen. D’Artagnan est à la tête d’un détachement de mousquetaires de la première compagnie, et Colbert de Vandières commande celui de la seconde compagnie.

18 octobre : Le roi va dans la plaine de Claye (à environ six lieues au nord-est de Paris) pour la revue des mousquetaires et gardes du corps.

29 octobre : D’Artagnan passe en revue ses mousquetaires à Noyon.

Novembre : Les mousquetaires défilent dans les rues de Maastricht, l’épée levée, comme les troupes impériales.

10 – 14 décembre : Siège de Lokem.

Attaques sur Borkelo, Doesburg, Deventer, Utrecht.

27 décembre : D’Artagnan passe en revue son détachement de mousquetaires à Rheinberg, où il a pris ses quartiers d’hiver. Durant son séjour, il fait indemniser les habitants après un incendie qui a atteint une partie de la ville.

1666

Les opérations militaires reprennent à la fin de l’hiver. Après la capitulation de l’évêque de Munster, le corps expéditionnaire quitte la République des Provinces-Unies.

20 janvier : Mort de la reine mère, Anne d’Autriche, au palais du Louvre.

8 février : Dans la plaine de Conflans (Conflans Saint-Honorine), le roi passe en revue les détachements des troupes de sa Maison restés en France.

6 mai : Il fait la revue de sa cavalerie dans la plaine entre Houilles et Montesson.

Début juillet : Retour victorieux des troupes de la Maison du Roi. D’Artagnan et Colbert de Vandières sont reçus en triomphe par le roi et la cour, à Fontainebleau, où de grandes fêtes sont organisées.

 

4 et 5 juillet : Le roi va dans une plaine à 3 lieues de Fontainebleau, au bord de la rivière, pour voir la cavalerie de sa Maison.

6 juillet : Le roi fait mettre ses troupes en bataille et les précède jusqu’à Fontainebleau.

7 juillet : Il retourne voir ses troupes en compagnie de la reine, du Dauphin, et son frère et de sa belle-sœur, et leur fait faire l’exercice.

8 août : Il fait faire l’exercice aux mousquetaires, gardes du corps et gendarmes.

 

18 août : Départ du roi et de la reine de Fontainebleau pour Vincennes, où ils arrivent le lendemain, après avoir passé la nuit au château de Petit-Bourg.

26 août : Le roi fait faire l’exercice aux mousquetaires, gardes du corps, gendarmes, chevau- légers, dans le parc de Vincennes.

15 octobre : Retour à Saint-Germain-en-Laye.

Décembre : Arrivée à Paris, chez son cousin d’Artagnan, de Joseph de Montesquiou d’Artagnan, alors âgé de 15 ans, qui arrive de sa Bigorre natale, accompagné par Paul de Castelmore. D’Artagnan va s’occuper de l’éducation du jeune garçon qui, de 1716 à 1729, aura la charge de capitaine lieutenant de la première compagnie des mousquetaires.

24- 25 décembre : D’Artagnan assiste à la messe de Noël à la collégiale Notre-Dame de Poissy.

1667

22 janvier : D’Artagnan est reçu capitaine lieutenant de la première compagnie des mousquetaires, lors d’une revue dans la plaine de Houilles.

Il prête serment entre les mains du roi, pour sa nouvelle charge.

4 février et 3 mars : Revues dans la plaine de Houilles.

16 mars : Le roi fait faire l’exercice aux mousquetaires et aux autres compagnies dans le parc de Saint-Germain-en-Laye.

26 mars ; 18 -19 et 21 avril : Les revues ont lieu dans la plaine de Houilles.

16 mai : Départ pour Amiens, par Champlatreux, Liancourt, Breteuil.

D’Artagnan, nommé, la veille, brigadier de cavalerie, commande 5 escadrons, dont la première compagnie des mousquetaires.

20 mai : Arrivée à Amiens.

21 mai : Inspection des troupes campées entre Amiens et Corbie ; les autres troupes sont dispersées dans les places voisines.

Le soir même, d’Artagnan part pour Arras, où il arrive le 22 mai à 9 h du matin. De là, il se

dirige sur Armentières, dont la capitulation, le 24 mai, marque le début de la guerre de Dévolution.

21 – 24 juin : Siège de Tournai. Alors que d’Artagnan montrait à Louis XIV les postes qu’il avait secourus, un boulet de canon tiré depuis la ville tomba à quelques pas derrière eux, tuant trois chevaux, dont deux montés par des pages du roi.

Alors qu’il faisait très chaud pendant ce siège, le roi passant devant le logis de d’Artagnan et voyant le marquis de Bellefonds qui buvait de la bière, demanda un verre de vin.

Au lendemain de la capitulation de la ville, le roi y fit son entrée solennelle au son des fifres, des tambours et des trompettes, précédé par les mousquetaires en casaques bleues chamarrées d’argent et en buffle.

2 – 6 juillet : Siège de Douai. Une attaque des ouvrages fortifiés de la ville par les mousquetaires montant à l’assaut avec leurs tambours et leurs hautbois, mit en déroute les assiégés qui capitulèrent le lendemain.

10 – 27 août : Siège de Lille. Le roi installa son quartier à Loos, puis à Fives, du côté est de la ville, à droite du prieuré. D’Artagnan y commandait les mousquetaires de sa compagnie, plus deux compagnies de gardes du corps, les chevau-légers de la reine, les régiments d’Enghien et de Monaco.

Dans la nuit du 26 au 27 août, profitant de l’obscurité et de la pluie, des détachements de mousquetaires des deux compagnies, ayant à leur tête leurs chefs respectifs, d’Artagnan et Montbron, attaquèrent les ouvrages fortifiés ; ils s’emparèrent au cri de « Vive Louis ! », de la demi-lune de la porte de Fives, tenue par deux cents Espagnols. D’Artagnan qui « se jeta des premiers au milieu du plus grand feu », y fut blessé « d’une légère contusion .» (Bibliothèque municipale de Lille, Manuscrit 143, p. 26)

Il y eut de nombreux morts du côté espagnol, ainsi que « quelques Français de distinction » plusieurs mousquetaires furent tués ou blessés.

Cette action décida le gouverneur de la ville à demander la capitulation au cours de la nuit suivante.

Septembre : Retour à Saint-Germain-en-Laye.

15 octobre – décembre : Séjour à Paris, aux Tuileries, et à Versailles.

15 décembre : Le roi passe en revue les mousquetaires au Bois de Boulogne.

1668

Janvier : Séjour à Paris

20 janvier : Le roi passe en revue les mousquetaires au Pré-aux-Clercs.

22 janvier : Retour à Saint-Germain-en-Laye.

3-19 février : D’Artagnan participe à la seconde campagne de la guerre de Dévolution : La conquête de la Franche-Comté, sous les ordres du prince de Condé.

A la tête des mousquetaires et des dragons, avec le renfort du régiment de Plessis, d’Artagnan installe son camp à Auxonne, à 15 lieues de Besançon. Il est aux sièges de Salins et de Dole.

Fin février : Retour à Saint-Germain-en-Laye.

19 mai : Le roi va voir les mousquetaires, gendarmes et chevau-légers, rangés en bataille au bout du pont du Pecq.

21 juin : Le roi va au camp de la Borde, près de Saint-Germain-en Laye, pour y exercer ses troupes.

8 juillet : Il fait faire l’exercice à sa cavalerie dans la plaine de Houilles.

18 juillet : Grand Divertissement Royal, dans les jardins de Versailles, pour célébrer la signature du traité d’Aix la Chapelle, qui marque la fin de la guerre de Dévolution.

Août : Le roi retourne voir ses troupes au camp de la Borde.

24 septembre – 21 octobre : Voyage à Chambord, avec le roi et la reine ; étapes à Blois, Orléans, Toury, Etampes, Arpajon (alors Châtres), Linas.

24 octobre : D’Artagnan signe un bail de location de cinq ans avec Nicolas Hullot, pour 

« deux maisons avec leurs dépendances, sises à Saint-Germain-des-Prés, au bout du Pont Rouge (depuis Pont Royal), sur le quai Malaquais », dont le loyer est de 1400 livres tournois par an.

7 novembre : Départ roi et de la famille royale pour Paris, où ils vont passer l’hiver 1668-1669.

22 novembre : Le roi fait la revue générale de ses troupes dans le parc de Vincennes.

1669

12 et 13 février : Mousquetaires, gardes du corps, gendarmes et chevau-légers sont passés en revue par le roi dans la plaine de Boulogne.

17 mars : Revue dans la plaine de Houilles.

31 mars : Revue dans la plaine de Colombes.

De mai à août : Les troupes de la Maison du roi campent au fort Saint Sébastien, à deux lieues du château de Saint-Germain, à l’extrémité nord-est de la forêt ; le roi va très souvent les voir pour leur faire faire l’exercice et les faire mettre en bataille.

4 juillet : Après un déjeuner au fort Saint Sébastien, le roi va dans une plaine proche d’Andrésy (à deux lieues au nord de Saint-Germain) assister à la revue des troupes de sa Maison.

29 juillet : Le roi fait ouvrir des tranchées au fort Saint Sébastien, « pour donner aux dames de la Cour le spectacle de la prise d’un fort. » (Gazette de France, 3 août1669, n°92, p.764)

5 août : Il donne l’ordre d’attaque d’une place au fort Saint Sébastien.

14 août : Les troupes de la Maison du roi vont dans la plaine de Nanterre pour une revue.

25 août, jour la Saint Louis : Le roi fait tirer un grand feu de canon et de mousqueterie au fort Saint Sébastien.

16 septembre – 17 octobre : Voyage à Chambord.

Au cours de l’automne 1669, le roi se rend plusieurs fois à Versailles, escorté par un détachement de mousquetaires.

16 novembre et 6 décembre : La cavalerie de la Maison du roi est réunie dans la plaine de Houilles.

1670

2 janvier : Le roi va voir sa cavalerie dans la plaine de Houilles

6 janvier : A l’église Saint Sulpice, à Paris, d’Artagnan est le parrain de Charlotte Marie Lafargue, fille de son maître d’hôtel, Cyprien Lafargue, mousquetaire originaire de Lupiac.

19 janvier : D’Artagnan est présent à Poissy, où il délivre un « certificat de mousquetaire » à l’un des hommes de sa compagnie.

26 janvier : A Poissy, d’Artagnan va chez un notaire de la ville pour la signature du contrat de mariage de Louis Ronse, l’un de ses domestiques, qui épouse la fille d’un marchand de Poissy.

3 mars : Le roi, en compagnie de sa famille, va voir les troupes de sa Maison, réunies avec toute la cavalerie et l’infanterie dans la plaine de Houilles.

28 avril : Le roi et la famille royale quittent Saint-Germain-en-Laye pour la Flandre, où ils vont visiter les places fortes et inspecter les fortifications. Les troupes de sa Maison accompagnent le souverain, qui va les voir quotidiennement dans leur camp aux différentes étapes du parcours.

Les principales étapes sont Chantilly (où le prince de Condé accueille le souverain, la famille royale et leur suite) Senlis, Compiègne, Noyon, Saint-Quentin, Landrecies, Le Quesnoy, Cateau-Cambrésis, Bapaume, Arras, Douai, Tournai, Ath, Audenarde, Courtrai, Lille, Béthune, Bergues, Dunkerque (où le roi fait faire l’exercice à ses troupes du côté de Mardyck), Gravelines, Calais, Boulogne, Montreuil, Hesdin, Abbeville, Beauvais.

7 juin : Retour du roi à Saint-Germain-en-Laye, d’où il va souvent à Versailles, toujours escorté par un détachement de mousquetaires.

Au cours de l’été : Le roi organise plusieurs exercices et revues des troupes de sa Maison au camp Saint Sébastien.

Juillet : D’Artagnan commande les détachements des mousquetaires du corps expéditionnaire de 4600 hommes envoyé par Louvois dans le Vivarais pour réprimer une révolte paysanne, antifiscale.

25 juillet : L’armée royale part de Viviers, passe par Aps et Saint Jean le Centenaire, et arrive le soir au Pradel.

Bataille de Lavilledieu ; l’affrontement avec les insurgés, qui ont à leur tête un ancien officier, Roure, entraîne une hécatombe pour ces derniers, poursuivis par la cavalerie royale que commande le major Lebret.

26 juillet : d’Artagnan arrive avec ses hommes à Aubenas, qu’il quitte le 10 août pour Villeneuve de Berg.

Fin août : Début de la seconde occupation de la Lorraine.

D’Artagnan est chargé d’aller délivrer, avec la Maison du roi, « le mestre de camp général et les autres régiments que le duc de Lorraine voulait débaucher pour passer ensuite avec ces corps au service de l‘Empereur »

16 septembre : D’Artagnan est le parrain, à l’église Saint Sulpice, à Paris, de Charles Joseph de Casenave, fils de l’un des mousquetaires de sa compagnie.

6 au 25 octobre : Voyage du roi à Chambord.

Novembre – décembre : Séjours du roi et de la cour à Saint-Germain-en-Laye, Versailles, Paris

1671

Janvier et début février : Séjours du roi et de la cour à Paris et au château de Vincennes

10 février : Départ de Paris pour Versailles.

23 février : Retour à Saint-Germain-en-Laye.

Mars- avril : Déplacements fréquents du roi entre Saint-Germain-en-Laye et Versailles.

9 avril : D’Artagnan est le parrain du fils d’Adrien Malaisé, seigneur de Saint Léger, maréchal des logis des mousquetaires gris.

23 avril : Départ du roi et de la reine pour un nouveau voyage en Flandre, escorté par les corps de la Maison du roi.

Dans son château de Chantilly le prince de Condé accueille avec faste ses hôtes, qui y séjournent jusqu’au 25 avril. C’est lors de ces fêtes que Vatel, contrôleur général du prince de Condé, s’est suicidé.

Par Liancourt, Saint-Just, Breteuil, le cortège se dirige vers Amiens, Abbeville, Montreuil et Boulogne. De là, il gagne La Chaussée, Gravelines, puis Dunkerque, où il arrive le 3 mai.

Sur le chemin de Mardyck, le roi fait mettre ses troupes en bataille. Comme le relate la Gazette du 23 mai (n°61, pp.506-507), pendant son séjour à Dunkerque, le roi va quotidiennement voir ses troupes dans leur camp et « porte, de cette façon, continuellement ses soins de tous costez, avec une ardeur qu’on ne peut assez admirer, ne s’épargnant pas plus que le moindre de ses officiers. »

23 - 24 mai : A Dunkerque, le roi passe ses troupes en revue.

25mai : Départ de Dunkerque ; le cortège royal se dirige vers Fort Louis, Bailleul, Armentières et Lille, où il arrive le 27 mai dans l’après-midi.

Les étapes suivantes sont Audenarde, Tournai, Ath, Binche, le château de Mariemont, Charleroi, Philippeville, Tongres, Ath, Le Quesnoy, Saint-Quentin, Compiègne, Luzarches, Maisons, Versailles.

13 juillet : Retour à Saint-Germain-en-Laye.

Juillet-août – septembre – octobre : Le roi et la cour font plusieurs séjours à Versailles et à Fontainebleau.

3 novembre : Pour la fête de la Saint Hubert, à Versailles, sont organisées des « chasses continuelles » et des représentations théâtrales.

18 novembre : Retour du roi et de la cour à Saint-Germain-en-Laye.

25 novembre : Arrestation du comte de Lauzun à Saint-Germain-en-Laye.

26 novembre : D’Artagnan accompagne le prisonnier jusqu’à la forteresse prison de Pignerol ; il est accompagné par son cousin Pierre de Montesquiou d’Artagnan, futur maréchal de France, et Maupertuis, maréchal des logis des mousquetaires gris.

Pierre Quarré d’Aligny fait également partie des mousquetaires qui escortent le convoi.

Passage à Lyon, à la forteresse de Pierre Encize (ou Pïerre Scize), où Lauzun croyait être emmené.

14 décembre : Arrivée à Gap.

16 décembre : Arrivée à Briançon.

19 décembre à 5 heures de l’après-midi : Arrivée à Pignerol.

Pierre de Montesquiou, sur ordre de d’Artagnan, repart aussitôt pour aller informer le roi de l’arrivée du prisonnier à destination ; il est de retour à Saint-Germain-en-Laye le 24 décembre au soir, alors que la cour se préparer à aller à la messe de Noël.

1672

Janvier : Sur la route du retour de Pignerol, d’Artagnan fait étape à Roanne, où Anne Charlotte de Chanlecy, son épouse, cantonnée sur ses terres de Bourgogne, par lettre de cachet (à la demande de son mari), a tenté de venir le voir.

16 janvier- 1er février et 1er mars – 8 avril : Le roi et la cour séjournent à Versailles.

6 avril : Louis XIV déclare la guerre à la République des Provinces-Unies.

15 avril : Le roi donne une « commission au sieur d’Artagnan pour commander à Lille et pays alentours ».

5 mai : D’Artagnan arrive à Lille en tant que gouverneur, succédant temporairement au maréchal d’Humières, tombé en disgrâces.

Pendant que d’Artagnan est à Lille, le roi entreprend la première campagne de la guerre de Hollande, à laquelle les deux compagnies de mousquetaires participent. En l’absence de d’Artagnan, le sous-lieutenant, Jean Louis Castera de La Rivière, commande la première compagnie.

6 décembre : La mission de d’Artagnan à Lille prend fin. De retour à Paris, il reprend son service à la tête de sa compagnie.

1673

2 janvier : Retour du roi et de la famille royale à Saint-Germain-en-Laye, après avoir passé Noël à Compiègne.

4 - 24 mars : Séjour à Versailles.

Le roi prépare la seconde campagne de la guerre de Hollande.

Il nomme d’Artagnan maréchal de camp

1er mai : Départ de Saint-Germain-en-Laye.

Pendant le voyage, les cavaliers doivent lutter quotidienne contre le vent, la pluie, la boue, le froid ; ils passent 14 heures par jour à cheval.

9 juin : Le roi campe près de Saint Truiden, à sept lieues à l’ouest de Maastricht, qu’il a décidé d’investir

10 juin : Arrivée au camp devant Maastricht.

11 juin : Les troupes françaises encerclent Maastricht. Un pont de bateaux est établi sur la Meuse. Le roi installe son quartier à Wiljre (aujourd’hui Wolder). Les deux compagnies des mousquetaires campent respectivement à la droite et à la gauche de sa tente.

15 – 16 juin : En compagnie de ses officiers, le roi va visiter les lieux favorables aux attaques, autour de la ville.

17 juin : Ouverture de la tranchée autour de Maastricht. Vauban utilise pour la première fois la technique des parallèles, inspirée de celle des Turcs au siège de Candie.

Nuit du 24 / 25 juin : Profitant des feux de la Saint Jean, qui détournent l’attention des assiégés, les Français attaquent la ville du côté de la porte de Tongres. Après plusieurs heures de combats, au cours desquels les mousquetaires du roi, commandés par d’Artagnan, « font des merveilles », ils s’emparent des ouvrages fortifiés de la porte de Tongres.

Dimanche 25 juin : Les combats ayant repris à la porte de Tongres, les mousquetaires, d’Artagnan à leur tête, bien que n’étant pas de jour, repartent à l’assaut sous les ordres du duc de Monmouth, général de jour qui, malgré les remontrances de d’Artagnan, décide de passer à découvert, s’exposant au feu des adversaires. D’Artagnan est tué d’un coup de mousquet au passage sur la demi-lune de la porte de Tongres. De nombreux mousquetaires sont tués ou blessés.

Apprenant la mort de d’Artagnan, Louis XIV témoigna en «estre sensiblement touché ». Le soir même, il écrivait à la reine Marie-Thérèse : « Madame, j’ai perdu d’Artagnan en qui j’avais la plus totale confiance, et qui m’était bon à plus d’une chose. »

Les témoignages en l’honneur de d’Artagnan sont unanimes, tant du côté adverse qu’en France.

30 juin : Capitulation de Maastricht.

11 juillet : Depuis le camp de Lixhe, près de Visé, Joseph de Montesquiou d’Artagnan adressa une lettre à Paul de Castelmore, frère aîné de l’ancien capitaine lieutenant, au sujet de la mort de ce dernier.

22 – 29 décembre : Inventaire après décès des biens de d’Artagnan dans son hôtel du quai Malaquais, à Paris.

1674

3 mars : Baptême à Versailles, par Bossuet, du fils aîné de d’Artagnan et d’Anne Charlotte de Chanlecy, prénommé Louis ; Louis XIV et la reine Marie-Thérèse sont ses parrain et marraine.

5 avril : Baptême à Versailles, par Bossuet, du fils cadet de d’Artagnan et d’Anne Charlotte de Chanlecy, prénommé Louis ; le Dauphin et Mademoiselle de Montpensier sont ses parrain et marraine.

Odile BORDAZ

SOURCES

Bordaz, Odile, D’Artagnan, Capitaine Lieutenant des Grands Mousquetaires du Roy, Balzac éditeur, 2001, rééd.2017

Id. Sur les chemins de d’Artagnan et des Mousquetaires, Balzac éditeur, 2005

Chéruel, Adolphe, Lettres du Cardinal Mazarin, recueillies par, 9 vol. Paris, 1872-1896

Gazette de France, années 1631 – 1673

Levantal, Christophe, Louis XIV, Chronographie d’un règne, volume I (1638 – 1682), Infolio, 2009

Mercure galant, années 1672 - 1673

Moi, Pierre Quarré, comte d’Aligny, Mousquetaire du Roi, Mémoires, Librairie Vuibert, 2015

Sévigné, Marie de Rabutin Chantal, marquise de, Correspondance, éd. R.Duchêne, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1972, t.1

 

Autres actualitées

Accès randonneurs Connexion Inscription Mon compte


création site Internet de petites annonces